Emballage-Magazine-N980-Juin-Juillet-2016


Le texte dans le Magazine

Nota : Pendant une réunion avec le journaliste Henri Saporta, celui-ci a pris des notes et avons choisi les 5 œuvres maximum qu'il pouvait publier.
Je suis heureux que l'on parle de notre site surtout dans un magazine dédié à l'emballage et dans le contexte d'un sujet portant sur la créativité et l'innovation.
Ces boucles intellectuelles qui vont de l'emballage vers l'art puis de l'art vers l'emballage sont très interessantes, pour la creativité de tout le monde.
Nous esperons qu'en plus cela favorisera de nouveaux contacts pour tous les artistes présents sur le site.
Toute notre reconnaissance et nos remerciements à M Henri Saporta et Emballage magazine.


Page Couv Emb Mag Jun Jul 2016Ci après la copie du texte paru dans la revue Emballage Magazine N°980 de Juin-Juillet 2016

PROMOUVOIR
«L'ART DÉSINHIBE NOTRE IMAGINAIRE»

Hubert Ferrari associe création artistique et innovation industrielle dans une même démarche intellectuelle.
Entier, sincère et profondément humain, Hubert Ferrari est un passionné. Un passionné du papier et du carton ondulé. Un passionné d'art. Après avoir piloté la recherche et développement (R&D) et l'innovation au sein de Socar puis de Smurfit Kappa Fran ce, Hubert Ferrari approfondit désormais les relations en l'art et l'industrie avec son site internet « paper-art-gallery.com ». Le lien entre les deux univers résonne comme une évidence : «Dans toute forme d'art, il y a plus ou moins de provocation ; dans toute innovation, il y a plus ou moins de transgression». Les deux démarches se rejoignent, in fine, dans un même élan intellectuel. « Dans la démarche d'innovation, l'art se révèle un stimulateur de créativité, un inhibiteur de rationalité, un catalyseur d'affectivité, un créateur d'empathie et de sympathie», ajoute-t-il.


La subjectivité de l'oeuvre invite à s'affranchir des conventions et des idées reçues : «Comme chacun de nous voit des réalités différentes dans une oeuvre d'art, l'observation en commun d'œuvres multiplie les imaginaires et les univers. Cette approche est la source du succès de l'innovation dans l'entreprise, elle justifie le travail en groupe de projet ».
L'explication de cette dynamique vertueuse repose sur des acquis scientifiques: «Le cerveau droit est le siège de nos émotions, de notre affectivité, le creuset de notre imaginaire, l'initiateur de toute créativité, au contraire du cerveau gauche siège de la rationalité, du "on l'a déjà fait" et du "ça n'a pas marché".
La vision d'une oeuvre d'art active notre cerveau droit car nous sommes immédiatement dans l'irrationnel et l'affectif. Activer notre cerveau droit par l'art est un moyen efficace pour transgresser le "déjà -vu ", se détacher de la rationalité et pour stimuler, initier, catalyser, faciliter et féconder l'expression de notre intuition, de notre imaginaire et par là de notre créativité».

Expert de l'innovation, Hubert Ferrari a pu appréhender l'importance de créer les conditions propices à l'émergence des idées: «L'ambiance et le lieu jouent un rôle fondamental dans notre mode de pensée et la façon de nous comporter. Pour créer les conditions de l'innovation, il est conseillé de concevoir un lieu convivial dans l'entreprise où l'on pourra faire lesréunions spécifiques à l'innovation. Dansces lieux, on pourrait exposer des œuvresd'art, où mettre à disposition des écranspour accéder à des sites artistiques surInternet. Ces images exotiques mettronten condition les membres dugroupe en ouvrant les cerveaux à lacréativité par une espèce de "reset", uneréinitialisation de tout le backgrounddes rationalités contenues dans leurscerveaux.
L'art donne une sorte de permis inconscient de provoquer, de transgresser, début de toute démarched'innovation efficace».
Riche de sonexpérience professionnelle faite de rencontresde succès et d'échecs, HubertFerrari l'a constaté: « Les personnes quicontribuent le plus à l'innovation ont engénéral une dimension artistique personnelledéveloppée». La conclusiontient dès lors en quelques mots: « L'artdésinhibe notre imaginaire».

Henri Supporta

LE CARTON ONDULÉ SE PRÊTE À TOUTES LES MÉTAMORPHOSES
À partir de son site paper-art-gallery.com, Hubert Ferrari a sélectionné cinq œuvres des Français Françoise Amadieu, Olivier Catté et Gérard Pestmal, du Belge Laurent Jourquin et de l'Américain Mark Langan.
1. Corps et Graphie de Françoise Amadieu Dimensions: 92 x 143 x 4 cm.
2. Tour NYBOO d'Olivier Catté Dimensions : 86 x 61 cm.
3. Panneau Bleu N• 17 de Gérard Pestmal Dimensions : 100 x 80 cm.
4. Michael Jackson & Bubbles Artstack «Memento Mori » de Laurent Jourquin Dimensions: 4 x 3 x 3 m.
5. Ocean Purge de Mark Langan Dimensions : 102 x 71 x 6 cm.


Galerie

{gallery} {/gallery}
© Copyright Emballage Magazine


Tags: Commercial, Marketing,...
Olivier Catte

Olivier Catte

Olivier CATTÉ Né en 1957 à Petit Quevilly, Olivier Catté vit et travaille à Rouen. Il se rend pour la première fois à New York en 1985 où il est immédiatement ...

View more
Nick Georgious

Nick Georgious

Mon art est inspiré par la disparition de l'imprimé. Livres et journaux deviennent des artefacts du 20eme siècle. Notre société, est en train de passer de la c ...

View more
Bernard Lagneau

Bernard Lagneau

Bernard Lagneau est né le 27 Mars 1937 à Courbevoie (92). Il a vécu et travaillé à Paris jusqu'en 1992. Depuis cette date il réside dans le département de la  ...

View more