v Vincent Gontier

quill L'Artiste


extrait sam moraud photo portrait Vincent Gontier artiste plasticien exceptionnel.
Vit et travaille à Voiron 38500
Né en 1962, à Fourmies dans le Nord, il est diplômé des écoles des Beaux Arts de Cherbourg et Rouen en 1987, il s’installe à Grenoble cette même année.

De 1991 à 1997 il est représenté par la Galerie Antoine De Galbert avec laquelle il participe à divers salons expositions collectives et personnelles.
Depuis 1990, il expose en France et à l’étranger notamment, au Etats-Unis, lors d’un workshop dirigé par Anthony Caro, en Grande-Bretagne, en Pologne, en Finlande au Musée de Kuopio, en Suisse, Belgique et Nouvelle Zélande.
Il vient de présenter au Musée Hebert de La Tronche , l’exposition « Jours de soleil ».
« Fasciné par les secrets et les énigmes de nos vies quotidiennes, notre existence ballottée, les soubresauts du monde…
J’ai choisi le journal en papier qui compile tous les signes de notre vie, le métal qui structure et guide, l’assemblage qui relie. » (V. Gontier )
J’aime ce que dit le photographe Samuel Moraud sur Vincent Gontier : "Le travail de Vincent Gontier est une quête, recherche de vérités, de sa vérité. Dans son art une constante demeure, l’ambivalence, les oppositions : entre la force et la fragilité, entre le dur et le tendre, entre les pleins et les vides, entre le pérenne et le périssable..."


Le musée Hebert dit de lui : Vincent Gontier a fait des journaux, imprimés éphémères qui accompagnent notre quotidien, sa marque de fabrique. Depuis presque trente ans, le sculpteur les assemble, pliant et dépliant, mettant en volume les oppositions : fragilité-solidité, souplesse-rigidité, papier et acier. Il contraint ou libère ces matériaux, les façonne dans une dimension tant esthétique que poétique. Les « Compactus », qui associent liasses de journaux et acier, avec les « Croquis sculptures », qui sont leurs versions réduites, puis les « Synapses » et les « Origami », où la seule feuille de papier est finement rouleautée ou pliée, témoignent de son intérêt quasi obsessionnel pour les imprimés.
Jours de soleil, nom d’une série de « Dessins brulés », résultant des récentes recherches de l’artiste, donne son titre à une exposition, témoin du dernier stade de sa relation avec le papier. Avec ces dessins inédits, Vincent Gontier restitue au journal sa fonction d’information initiale : la feuille mise à plat s’ouvre à la lecture.

Les brassées de papier prennent des formes géométriques complexes, douces et parfaites. Comme qu’il s’agit, souvent, de papier journal, ces œuvres fonctionnent comme des métaphores de la mémoire : la compression du temps inscrit les souvenirs dans une forme qui associe accélération et étirement, singularité et continuité.

Les sculptures de Vincent Gontier mêlent le papier et l’acier, dans un rapport de force où le papier est serré, pressé par les structures d’acier et dans le même temps la fragilité du papier, mise en évidence par les mâchoires d’acier, donne tout le sens artistique et symbolique à l’œuvre.

^
Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Google Analytics